Après le lâche assassinat d’Hervé Gourdel, combattre le terrorisme, juger ses commanditaires islamistes

La terrible nouvelle de la décapitation de l’otage français enlevé par un groupe terroriste ayant fait allégeance à l’Etat Islamique c’est toute la logique barbare de l’islamisme. Il aurait été totalement illusoire de croire à une autre issue à l’odieux chantage dont il était l’enjeu. La vérité c’est qu’à travers sa personne, on a voulu affaiblir la position internationale de l’Algérie et frapper toute volonté de l’Etat français de résolument corriger son attitude vis-à-vis de l’islamisme.

Il peut paraître cruel d’avoir à le rappeler, mais le terrorisme islamiste a été réarmé au sens politique, idéologique et militaire par les puissances occidentales, dont les tentations impérialistes et néocoloniales se sont accommodées d’une férocité sans nom, causant une aggravation de la crise dans toute la région, suite au Printemps arabe. Les uns et les autres partagent le désir de remettre en cause les Nations et peuvent s’appuyer sur les monarchies archaïques du golfe qui ont encouragé l’usurpation des aspirations au changement. L’islamisme met ainsi à profit la confusion politique et s’est vu encouragé à assassiner, détruire, incendier, violer et terroriser en se couvrant de l’habit de la lutte contre le despotisme en Libye, en Syrie, en Irak. L’horrible exécution d’Hervé Gourdel n’est que la répétition d’une violence que subissent chaque jour les peuples de la région.

Par cet acte barbare et leur caractère antinational, les partisans algériens de l’Etat théocratique, à la suite de leur affiliation à El Qaïda puis à Daesh confirment leur volonté de médiatisation par des actions spectaculaires comme l’attaque de Tinguentourine. Ils voudraient ainsi favoriser l’ingérence extérieure et les pressions dans le sens d’une intervention de notre pays au-delà de ses frontières et ajouter ainsi à la déstabilisation. Le dernier crime qui vient de frapper l’otage français et cette stratégie visent, par ailleurs, à galvaniser les hordes terroristes dans le but d’encourager la recrudescence de la violence et desserrer l’étau national qui a été imposé par la résistance de la société aux côtés de l’ANP.

Mais, il faut le dire encore, Hervé Gourdel est mort parce que, tournant le dos à l’exigence d’amplifier la défaite militaire par une rupture politique avec l’islamisme, la politique de réconciliation nationale a induit une démobilisation de la société et des forces de sécurité et un recul de la vigilance vis-à-vis de la menace terroriste islamiste. Au point où une randonnée dans une région où se déploient encore des groupes armés intégristes pouvait paraître ordinaire et que les terroristes coupables de son assassinat ont pu bénéficier de mesures de clémence avant de retourner au maquis. Malheureusement, cette politique est aujourd’hui relayée par des forces démocratiques qui se réunissent avec les chefs du parti des assassins, banalisant le compromis avec l’islamisme et affaiblissant du coup le front intérieur.

L’intérêt supérieur du pays exige que soit formée une conscience stratégique de la situation afin de réhabiliter le large rassemblement des forces patriotiques et démocratiques. En effet, les évolutions dans le monde arabe ont mis en liaison la crise dans notre pays à la crise dans la région. Le crime sans nom dont a été victime Hervé Gourdel interpelle sur l’urgente nécessité de la rupture totale et sans retour avec l’intégrisme, sur la nécessité absolue, pour assurer le succès définitif de la lutte antiterroriste, de la mise en œuvre d’un changement radical débouchant sur l’édification d’un Etat démocratique qui permettra à la société algérienne de se remobiliser et à la révolution démocratique arabe de rebondir. Il sera alors possible d’envisager un véritable Nuremberg de l’islamisme qui aboutira au châtiment de ses crimes contre l’humanité.

A la famille d’Hervé Gourdel, au peuple de France et à son Etat qui se ressaisit courageusement pour s’engager dans un combat long et difficile contre l’islamisme terroriste, les militantes et militants du MDS présentent leurs condoléances attristées et leur expriment leur profonde sympathie et leur solidarité agissante afin que soit mise hors d’état de nuire la bête immonde.

Alger, le 24 septembre 2014

Le Bureau national du MDS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s