Palestine : isoler Israël, consolider le cessez-le-feu, lever le blocus de Gaza

Israël anticipe sur les conséquences pour lui-même et profite de la déstabilisation du monde arabe pour répéter des opérations sanglantes contre Gaza. Il n’hésite devant aucun moyen pour écraser la résistance palestinienne et multiplie les crimes de guerre. Une nouvelle fois, les dirigeants sionistes auront causé des milliers de victimes, des centaines de milliers de déplacés et la destruction des maigres infrastructures. Et le cessez-le-feu de 72h a pris fin sans répondre aux attentes légitimes des palestiniens. Il s’agit d’une action consciente qui prolonge et renforce les effets du blocus. Elle vise à provoquer l’effondrement total de Gaza et à plonger le peuple palestinien dans le désarroi. Mais la nouvelle agression contre l’enclave palestinienne s’est pourtant heurtée au courage exemplaire de ce peuple et à une mobilisation internationale croissante contre le bellicisme et l’expansionnisme israélien.

 

C’est pour endiguer l’indignation mondiale qu’Israël s’est retiré de Gaza et a accepté un cessez-le-feu, en espérant obtenir par la diplomatie ce que son armée a échoué à obtenir par les bombardements : l’épuisement de l’arsenal de la résistance. En mettant en avant la question du désarmement, en échange d’une levée du blocus, les dirigeants de l’Etat hébreu poursuivent leur tentative de liquider les aspirations nationales palestiniennes par une politique de règlements partiels dans le but de consolider tous leurs faits accomplis, poursuivre leur politique de colonisation et s’accaparer des ressources qu’ils convoitent. Grâce au silence complice des institutions internationales soumises aux orientations des puissances et avec le soutien inconditionnel des pouvoirs européens et américains, ils peuvent poursuivre le génocide du peuple palestinien, en servant le projet stratégique des Etats-Unis : reconfigurer les frontières du monde arabe à leur profit, dans un contexte de crise mondiale et d’émergence de nouvelles puissances.

 

En réagissant contre la barbarie israélienne, notre peuple a réaffirmé de manière franche et claire son attachement au monde arabe, à la cause palestinienne et à celle de la liberté. Mais parce qu’ils ne veulent pas être condamnés à l’indignation impuissante et à la colère stérile, les algériens ont rejeté les positions défaitistes de ceux qui se résignent devant la complexité des enjeux et un rapport de force écrasant autant que les positions aventuristes de l’islamisme qui isolent le peuple palestinien alors même que sa cause est de plus en plus partagée dans le monde et de façon remarquable en Amérique latine. La mobilisation populaire la plus large, permanente et dans de nouvelles formes tenant compte de cette évolution peut donner à entendre la voix de l’Etat algérien qui demeure sur une position de principe, même si on peut penser qu’il veut aussi éviter toute tentative de déstabilisation à partir de cette question.

 

Par les formes et les mots d’ordre qu’ils ont choisi, les algériens ont rejeté toute tentative de récupération, que ce soit par l’islamisme ou à travers des initiatives bureaucratiques visant à plébisciter un pouvoir qui contrarie toute rupture démocratique. Ils expriment l’idée que la solidarité passe par la destruction du mythe d’ «Israël, seul Etat démocratique de la région » qui neutralise de larges pans de l’opinion occidentale. Ils luttent ainsi contre la principale raison de l’impuissance de notre pays dans l’arène internationale, car la justesse de la cause palestinienne ne peut que se renforcer du caractère démocratique de ceux qui la soutiennent. Plus la démocratie avancera et plus l’élan de solidarité sera croissant, alors qu’il est asphyxié par l’inexistence ou la faiblesse des organisations démocratiques qui, quand elles existent, sous-estiment la lutte autour des questions internationales ou ne proposent pas de perspectives claires.

 

Le MDS appelle à poursuivre les initiatives de solidarité avec la Palestine, à développer la clarification sur les enjeux du conflit et à rejeter l’instrumentalisation du sentiment religieux. Il faut au contraire dénoncer la complicité de l’islamisme et des régimes arabes despotiques qui partagent avec le sionisme l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques et entretiennent la subversion qui sape le monde arabe, affaiblissant son soutien à la Palestine. Le MDS exhorte à s’adosser sur le puissant soutien mondial à la cause de la liberté et de la paix qui contribue à isoler Israël, en particulier par le boycott des entreprises qui appuient la colonisation. Enfin le MDS appelle à combattre le blocus de Gaza, à soutenir l’union nationale palestinienne et le droit du peuple palestinien à mener la lutte contre l’occupation par tous les moyens légitimes, et à reconnaître les droits nationaux du peuple palestinien.

 

Alger, le 8 août 2014

Le bureau national du MDS

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s